Du Chemin de Fer à Eurotunnel

© Du Chemin de Fer à Eurotunnel

AVANT-PROPOS
Jean Monneret

Cette exposition est placée sous le signe de la vitesse. Celle qui a fait l'objet constant des préoccupations des responsables du chemin de fer depuis 1802. Mais aussi celle de son organisation : nous avons su qu'elle pouvait se tenir trois mois seulement avant son inauguration dans le nouvel Espace Tour Eiffel-Branly. Elle a lieu par conséquent sous le signe de l'amitié : qui aurait accepté autrement de participer "à toute vapeur" à cette rocambolesque aventure ? Celle des peintres témoins de leurs trains.

Car, depuis cent quatre vingt douze ans, la vie ferroviaire a suscité chez les peintres un intérêt passionné.

Dès son origine le train dans le paysage s'impose comme un sujet moderne et avec Joseph Mallord Willian Turner, le premier, la locomotive entre en peinture. Par un chef-d'oeuvre.

Il est curieux de constater qu'au moment ou Napoléon 1" tente de constituer une flottille afin d'envahir l'Angleterre, et va finalement traverser à pied l'Europe entière, le "géant de Cornouailles" Richard Trevithick fait rouler sa première locomotive dans le pays de Galles. Dès lors, avec ses "deux tringles de fer parallèles indéfiniment prolongées" le chemin de fer va permettre à l'artiste de sortir, aller ailleurs pour voir, peindre le paysage directement devant la nature. 

Certes, cette exposition aurait pu faire appel à Daumier perspicace observateur des humbles et de la bourgeoisie du Second Empire, à Claude Monet qui pénètre dans la lumière comme dans un hologramme. Il aurait aussi fallu interroger Caillebotte, peintre officiel haussmannien, aux perspectives d'artilleur, alerter Sisley, Pissarro, Van Gogh... ou Paul Delvaux à qui il y a deux ans nous avons réservé au Grand-Palais sa première grande rétrospective. Nous avons préféré mettre l'accent sur les peintres des machines et de la vitesse et aussi sur les artistes qui ont participé, par l'affiche, au développement du chemin de fer et du tourisme. 

Cette exposition est par conséquent celle de la vie ferroviaire et de son développement. C'est aussi celle du souvenir, celui du progrès constant mais également celui de la Bataille du Rail et de la Reconstruction.

Elle est destinée à tous les amoureux du chemin de fer.

Livres M Decosterd Mai 12, 2014 Affichages : 699